JavaScript is disabled in your web browser or browser is too old to support JavaScript. Today almost all web pages contain JavaScript, a scripting programming language that runs on visitor's web browser. It makes web pages functional for specific purposes and if disabled for some reason, the content or the functionality of the web page can be limited or unavailable.
vieraskieliset / en-francais

Nul ne sait le moment du deuxième avènement de Jésus

Siionin Lähetyslehti
vieraskieliset / en-francais
2.4.2014 0.00

Juttua muokattu:

1.1. 23:51
2020010123513120140402000000

Le deu­xiè­me avè­ne­ment du Christ est un su­jet es­sen­tiel de la Bib­le. Jésus a dit que per­son­ne n'en con­naît le jour et l’heu­re mais Dieu seul. La pa­ro­le de Dieu nous ex­hor­te à ob­ser­ver les sig­nes du temps et à être prêts à cha­que mo­ment.

« Je viens bientôt. Tiens fer­me ce que tu as, afin que per­son­ne ne pren­ne ta cou­ron­ne. » Il est écrit ain­si dans l’Apo­ca­lyp­se (3 : 11).

Déjà à l’épo­que de l’Église ori­gi­nel­le les gens at­ten­dai­ent l’avè­ne­ment du Christ avec ar­deur. Les chrétiens ob­ser­vai­ent le tu­mul­te du mon­de et les sig­nes du temps, sou­vent au mi­lieu des persé­cu­ti­ons. Nomb­reux cro­yai­ent que le Christ re­tour­ne­rait en­co­re pen­dant leur vie.

Le deu­xiè­me avè­ne­ment du Christ est un su­jet es­sen­tiel de la Bib­le. Rien que dans le Nou­ve­au Tes­ta­ment, on ren­voie plus de trois cent fois au deu­xiè­me avè­ne­ment du Christ ou aux événe­ments liés à cela. Du­rant les sièc­les, on a vu be­au­coup de dif­fé­rents prophè­tes qui ont préten­du con­naît­re le mo­ment exact du deu­xiè­me avè­ne­ment du Christ et de la fin du mon­de. Pour­tant, tou­tes ces prédic­ti­ons ont été déce­van­tes. Jésus a en­seigné au su­jet de la fin du mon­de : « Pour ce qui est du jour ou de l'heu­re, per­son­ne ne les con­naît, pas même les an­ges dans le ciel, pas même le Fils, mais le Père seul » (Marc 13 : 32).

Il est im­por­tant de veil­ler

Qu­el­le est la con­cep­ti­on du temps dans la Bib­le ? Il est dif­fi­ci­le de comp­rend­re le temps de Dieu par l’in­tel­li­gen­ce hu­mai­ne. Pier­re rap­pel­le dans sa let­t­re : « Mais il est un point que vous ne de­vez pas oub­lier, bien-aimés : c'est que, de­vant le Seig­neur, un jour est com­me mil­le ans et mil­le ans sont com­me un jour » (2 Pier­re 3 : 8). D'aut­re part, la tâche de l'hom­me n'est pas d'es­sa­yer de de­vi­ner l'heu­re de Dieu : « Ce n'est pas à vous de con­naît­re les temps ou les mo­ments que le Père a fixés de sa prop­re au­to­rité » (Act. 1 : 7). Not­re con­cep­ti­on du temps est bas­ée sur le cyc­le de la créa­ti­on. Mais l'ac­ti­on de Dieu n'est pas liée à not­re con­cep­ti­on du temps, non plus à not­re compré­hen­si­on.

Au lieu d'es­sa­yer de de­vi­ner le mo­ment exact du deu­xiè­me avè­ne­ment du Christ, la pa­ro­le de Dieu nous ex­hor­te à ob­ser­ver les sig­nes du temps, à veil­ler en foi et à être prêts à cha­que mo­ment. L'au­teur de ce ver­set court de l'Apo­ca­lyp­se (3 : 11) nous ex­hor­te aus­si à veil­ler : « Je viens bientôt. Tiens fer­me ce que tu as, afin que per­son­ne ne pren­ne ta cou­ron­ne. »

L'an­ge de l'Église de Phi­la­delp­hie était fa­ti­gué dans son prop­re com­bat de la foi. On lui dit : « Je con­nais tes œuv­res. Voi­ci : j'ai mis de­vant toi une por­te ou­ver­te que nul ne peut fer­mer, par­ce que tu as peu de puis­san­ce, que tu as gardé ma pa­ro­le et que tu n'as pas re­nié mon nom » (Apo 3 : 8). L'an­ge de l’Église de Phi­la­delp­hie fut en­cou­ragé à résis­ter à son com­bat de la foi jus­qu’à la fin, à se re­met­t­re au nom de Dieu, à la rémis­si­on des péchées et aux soins de l'Éter­nel.

La joie de Paul

L'apôt­re Paul était cons­cient d'une tra­di­ti­on pro­ve­nant déjà de l'an­ti­quité, se­lon la­qu­el­le le vain­qu­eur d’une gran­de épreu­ve spor­ti­ve ou le héros mi­li­tai­re ob­te­nait la cou­ron­ne de lau­rier, sym­bo­li­sant la vic­toi­re et la gloi­re. Qu­and Paul comp­rit que sa fin était proc­he, il écrit à son jeu­ne ami et col­la­bo­ra­teur Ti­moth­ée: « J'ai com­bat­tu le bon com­bat, j'ai ac­hevé la cour­se, j'ai gardé la foi. Désor­mais la cou­ron­ne de jus­ti­ce m'est réserv­ée ; le Seig­neur, le jus­te juge, me la don­ne­ra en ce Jour-là, et non seu­le­ment à moi, mais à tous ceux qui au­ront aimé son ap­pa­ri­ti­on » (2 Tim. 4 : 7–8).

Paul a éprouvé de la joie puis­que, par la puis­san­ce de Dieu, il avait sur­monté les dif­fé­ren­tes tri­bu­la­ti­ons de sa vie et il avait gardé le don de la foi. Pour lui était vraie la pro­mes­se que le Christ avait don­né à ses dis­cip­les : « Et voi­ci, je suis avec vous tous les jours, jus­qu'à la fin du mon­de » (Matt. 28 : 20).

La con­fi­an­ce en la pro­mes­se de Dieu

Paul at­ten­dait le prix, la cou­ron­ne de jus­ti­ce, qu'il au­rait lors du deu­xiè­me avè­ne­ment du Christ. Pour Paul, il n'était pas im­por­tant de sa­voir si le Christ ar­ri­ve­rait pen­dant sa vie. Il avait con­fi­an­ce en ce que le jus­te juge ar­ri­ve­rait un jour, com­me l'avait pro­mis le Christ lui-même.

Les pro­mes­ses de la pa­ro­le de Dieu sont tou­jours va­li­des. Quel que soit le mon­de au­tour de nous et qu­el­les que soi­ent les pha­ses de not­re vie, rap­pe­lons que le Christ a pro­mis d’être avec les siens, tou­jours et par­tout. Si nous nous re­met­tons à cet­te pro­mes­se et avons con­fi­an­ce en grâce de Dieu et en la rémis­si­on des péchés, nous pou­vons com­bat­t­re dans la foi avec sécu­rité au jour le jour. Que Dieu nous don­ne la puis­san­ce de gar­der not­re trésor le plus précie­ux, pour que, au mo­ment de l'avè­ne­ment du Christ, nous aus­si au­rons la cou­ron­ne de jus­ti­ce sur not­re tête.

Sour­ce : Sii­o­nin Lä­he­tys­leh­ti 10/2013

Tra­duc­ti­on: SK

Teks­tis­sä kä­si­tel­lään seu­raa­via raa­ma­tun­koh­tia: Apo­ca­lyp­se 3 : 11

Jul­kais­tu rans­kan­kie­li­ses­sä kie­li­liit­tees­sä 4/2014

19.7.2024

Herra on kuningas! Riemuitkoon maa, iloitkoot meren saaret ja rannat! Pilvi ja pimeys ympäröi häntä, hänen istuintaan kannattavat vanhurskaus ja oikeus. Ps. 97:1–2

Viikon kysymys