JavaScript is disabled in your web browser or browser is too old to support JavaScript. Today almost all web pages contain JavaScript, a scripting programming language that runs on visitor's web browser. It makes web pages functional for specific purposes and if disabled for some reason, the content or the functionality of the web page can be limited or unavailable.
vieraskieliset / en-francais

L'homme nouveau

Siionin Lähetyslehti
vieraskieliset / en-francais
2.4.2014 0.00

Juttua muokattu:

1.1. 23:51
2020010123510420140402000000

Dans sa let­t­re aux Co­los­siens, Paul aver­tit ses lec­teurs des dan­gers du péché et veut éclair­cir leur foi en Jésus-Christ, afin qu'ils ai­ent la for­ce pour viv­re se­lon la vo­lonté de Dieu.

Dans la vil­le de Co­los­ses, une Église vi­van­te du Christ était née: un col­lè­gue de Paul, Épaph­ras, y était al­lé et y avait proc­lamé la pa­ro­le de la vérité, l'évan­gi­le sur Jésus-Christ (Col. 1 : 5). Be­au­coup de Co­los­siens avai­ent reçu l'évan­gi­le par la foi. Ain­si fut né le grou­pe des cro­yants à Co­los­ses.

Même si Paul n'avait pas vi­sité Co­los­ses, il avait be­au­coup en­ten­du par­ler de la vie de cet­te jeu­ne Église. En ef­fet, Paul ra­con­te dans sa let­t­re ce qu'il avait ap­p­ris de la nais­san­ce de l'Église et des consé­qu­en­ces po­si­ti­ves qui en avait découl­ées. En­semb­le avec les aut­res chrétiens, il avait aus­si prié que les Co­los­siens se raf­fer­mis­sent dans la foi et qu'ils ai­ent la for­ce pour viv­re se­lon la vo­lonté de Dieu (Col. 1 : 8–10).

Com­me dans ses aut­res let­t­res, Paul veut avant tout raf­fer­mir la foi des des­ti­na­tai­res de la let­t­re. En même temps, il les aver­tit des er­reurs doct­ri­na­les et des dan­gers du péché que les ha­bi­tants de Co­los­ses avai­ent ren­contrés.

La doct­ri­ne du Christ était me­nac­ée

Co­los­ses était une pe­ti­te vil­le qui se trou­vait dans la région de la Tur­quie d'au­jourd'hui et qui, au­pa­ra­vant, avait étée si­tu­ée au car­re­four de che­mins im­por­tants. Ain­si la vie de la vil­le était-el­le ca­racté­ris­ée par plu­sie­urs na­ti­o­na­lités et re­li­gi­ons.

Le problè­me des Co­los­siens était qu'ils étai­ent enc­lins à adop­ter des éléments d'aut­res re­li­gi­ons et de dif­fé­ren­tes phi­lo­sop­hies, et les in­cor­po­rer dans leur foi à l'évan­gi­le du Christ. L'in­quié­tu­de que Paul exp­ri­me dans sa let­t­re au su­jet de l'en­seig­ne­ment qui mélan­ge­ait les re­li­gi­ons – c'est-à-dire le syncré­tis­me – est une qu­es­ti­on ac­tu­el­le même au­jourd'hui. L'id­ée est de plus en plus répan­due que cha­cun peut étab­lir sa prop­re re­li­gi­on, et y ap­p­li­qu­er la pa­ro­le de Dieu se­lon ses prop­res be­soins.

Dans sa let­t­re, Paul nom­me qu­el­qu­es-unes de tel­les faus­ses id­ées. Par exemp­le, il men­ti­on­ne l'exi­gen­ce de cer­tains Juifs que les cro­yants doi­vent tou­jours ob­ser­ver les règles de pu­ri­fi­ca­ti­on et les temps de fête tra­di­ti­on­nels (2 : 16). L'id­éal d'une vie ascè­ti­que ve­nait sans dou­te de la phi­lo­sop­hie grec­que. Se­lon Paul, il ne fai­sait pour­tant que sa­tis­fai­re le vain or­gu­eil (2 : 18–23).

La vie nou­vel­le en Christ Jésus

La jeu­ne Église de Co­los­ses vi­vait donc au mi­lieu de dif­fé­ren­tes faus­ses doct­ri­nes. En même temps, les cro­yants avai­ent fait con­nais­san­ce avec dif­fé­rents ten­ta­ti­ons et ef­fets du péché. C'est pour­quoi Paul de­vait leur éclair­cir la foi simp­le au sec­ret de Dieu, Jésus-Christ, en qui sont cachés tous les trésors de la sa­ges­se et de la con­nais­san­ce. (2 : 2–3).

Dans le préam­bu­le de sa let­t­re, Paul décrit le chan­ge­ment qui se pro­duit dans l'hom­me qui re­çoit la grâce de la re­pen­tan­ce. Qu­ant à la re­pen­tan­ce, il s'agit avant tout d'un chan­ge­ment de l'état d'esp­rit. Ce n'est pas jus­te une pe­ti­te réo­rien­ta­ti­on mais une rest­ruc­tu­ra­ti­on to­ta­le de la vie, bas­ée sur un nou­ve­au fon­de­ment et di­rig­ée vers un nou­ve­au but. Le fon­de­ment de la foi est Jésus-Christ et son œuv­re de rédemp­ti­on. Le but est la vie éter­nel­le au ciel.

Pour il­lust­rer ce chan­ge­ment, Paul décrit une ac­ti­on fa­mi­liè­re : le fait de s'ha­bil­ler. D'abord, il dit aux Co­los­siens de se désha­bil­ler : « vous qui avez dépou­il­lé la vie­il­le na­tu­re avec ses pra­ti­qu­es »(3 : 9). Cela sig­ni­fie re­non­cer à la vie cont­rai­re à la vo­lonté de Dieu, c'est-à-dire à l'incré­du­lité et au péché. D'ent­re les cho­ses à re­non­cer, Paul men­ti­on­ne l'in­con­dui­te se­xu­el­le, l'im­pu­reté, les pas­si­ons, les mau­vais désirs et la cu­pi­dité, la colè­re, l'ani­mo­sité, la méchan­ceté, la ca­lom­nie, les pa­ro­les gros­siè­res et le men­son­ge (3 : 5–9).

En­sui­te, Paul ex­hor­te les Co­los­siens à revê­tir la na­tu­re nou­vel­le (3 : 10). La na­tu­re nou­vel­le, c'est le vête­ment de la jus­ti­ce de la foi qui est reçu com­me ca­de­au et avec le­qu­el Dieu avait déjà ha­bil­lé le pre­mier coup­le hu­main, Adam et Ève (Gen. 3 : 21). Dès les pre­miè­res pa­ges de la Bib­le, on nous rap­pel­le que Dieu a préparé à cha­que hom­me une jus­ti­ce de ca­de­au, la rémis­si­on des péchés. Dans ses let­t­res, Paul éclair­cit ce simp­le mes­sa­ge sur Jésus-Christ, et c'est ce qu'il fait à l'égard des Co­los­siens aus­si.

Dieu ne se fa­ti­gue pas d'ai­mer l'hom­me pécheur

Le Saint-Esp­rit pro­duit des fruits de la foi en l'hom­me nou­ve­au qui s'est mis à suiv­re Jésus (1 : 8-10 ; Gal. 5 : 22). Paul énumè­re qu­el­qu­es'uns de ces fruits : ar­den­te com­pas­si­on, bonté, hu­mi­lité, dou­ceur et pa­tien­ce. Il ex­hor­te les Co­los­siens à se sup­por­ter les uns les aut­res et à se fai­re grâce récip­ro­qu­e­ment com­me le Christ leur avait fait (3 : 12–13).

Bien que Dieu haïs­se le péché, il ne ces­se ja­mais d'ai­mer l'hom­me pécheur. C'est pour­quoi au­jourd'hui, même après avoir échoué, « l'hom­me nou­ve­au », le dis­cip­le de Jésus, peut se fier à la for­ce de l'évan­gi­le qui lui par­don­ne et le réfor­me. L'amour de Dieu cherc­he tou­jours, sans fa­ti­gue, l'hom­me incré­du­le et l'ap­pel­le dans son ro­yau­me.

Tex­te: Ant­ti Sa­ve­la

Sour­ce: Sii­o­nin Lä­he­tys­leh­ti 5/2013

Tra­duc­ti­on: SS

Teks­tis­sä kä­si­tel­lään seu­raa­via raa­ma­tun­koh­tia: Col. 3 : 1–17

Jul­kais­tu rans­kan­kie­li­ses­sä kie­li­liit­tees­sä 4/2014.

19.7.2024

Herra on kuningas! Riemuitkoon maa, iloitkoot meren saaret ja rannat! Pilvi ja pimeys ympäröi häntä, hänen istuintaan kannattavat vanhurskaus ja oikeus. Ps. 97:1–2

Viikon kysymys