JavaScript is disabled in your web browser or browser is too old to support JavaScript. Today almost all web pages contain JavaScript, a scripting programming language that runs on visitor's web browser. It makes web pages functional for specific purposes and if disabled for some reason, the content or the functionality of the web page can be limited or unavailable.
vieraskieliset / en-francais

Le serviteur de la Parole

Siionin Lähetyslehti
vieraskieliset / en-francais
2.4.2014 0.00

Juttua muokattu:

1.1. 23:51
2020010123510020140402000000

La mis­si­on du ser­vi­teur de la Pa­ro­le se base sur l'ord­re de la mis­si­on don­né par Jésus. Ceux qui cro­yai­ent en Jésus eu­rent la tâche d'ap­por­ter l'évan­gi­le par­tout dans le mon­de. L'Église ap­pel­le les ser­vi­teurs de la Pa­ro­le d'au mi­lieu de l'as­sembl­ée. Leur fonc­ti­on est de proc­la­mer la Pa­ro­le de Dieu, bas­ée sur le fon­de­ment de la Bib­le.

Dans l'Église de Dieu, la proc­la­ma­ti­on de la Pa­ro­le se base sur le com­man­de­ment du grand Maît­re, Jésus lui-même : « Al­lez dans le mon­de en­tier et prêchez la bon­ne nou­vel­le à tou­te la créa­ti­on » (Marc 16 : 15). La mis­si­on du prédi­ca­teur de l'évan­gi­le fut don­n­ée à ceux qui cro­yai­ent en Seig­neur Jésus, qui le sui­vai­ent et qui avai­ent l'Esp­rit que Jésus avait en­vo­yé à ses apôt­res. Même à présent, cha­que cro­yant fait par­tie du sa­cer­do­ce ro­yal, dont la mis­si­on est d'an­non­cer les gran­des œuv­res de Dieu (1 Pier­re 2 : 9).

L'ap­pel de l'Église

En plus du sa­cer­do­ce général, en tous les temps, l'Église de Dieu a ap­pelé, d'au mi­lieu de l'as­sembl­ée, des frères à ser­vir com­me prédi­ca­teurs. De cet­te ma­niè­re, par exemp­le à An­ti­oc­he, Bar­na­bas et Paul fu­rent « mis à part » (Act 13 : 2–3). Ti­moth­ée, de sa part, re­çut ce don de la grâce et cet­te mis­si­on « par la prophé­tie, avec l'im­po­si­ti­on des mains du col­lè­ge des an­ciens » (1 Tim 4 : 14).

Le lieu de départ pour l'ap­pel à la mis­si­on du ser­vi­teur de la Pa­ro­le est ceci : « Nous avons le même Esp­rit de foi, se­lon ce qui est écrit : J'ai cru, c'est pour­quoi j'ai parlé, nous aus­si nous cro­yons, c'est aus­si pour­quoi nous par­lons » (2 Cor 4 : 13).

Qu­el­les sor­tes de frères sont ins­tal­lés dans le mi­nistè­re de la prédi­ca­ti­on ?

Paul décrit lar­ge­ment à Ti­moth­ée les qu­a­lités et les sa­voir-fai­re que doi­vent avoir ceux qui se­ront ap­pelés pas­teurs de l'Église (1 Tim 3 : 2–7). Cet­te desc­rip­ti­on sert de règle aus­si de nos jours, qu­and on ap­pel­le les ser­vi­teurs de la Pa­ro­le :

« Il faut donc que l'évêque soit ir­rép­roc­hab­le, mari d'une seu­le fem­me, sob­re, sensé, so­ci­ab­le, hos­pi­ta­lier, ap­te à l'en­seig­ne­ment, qu'il ne soit pas adon­né au vin, ni vi­o­lent, mais con­ci­li­ant, pa­ci­fi­que, désinté­res­sé ; qu'il di­ri­ge bien sa prop­re mai­son et qu'il tien­ne ses en­fants dans la sou­mis­si­on, avec une par­fai­te dig­nité. Car si qu­el­qu'un ne sait pas di­ri­ger sa prop­re mai­son, com­ment prend­ra-t-il soin de l'Eg­li­se de Dieu ?

Qu'il ne soit pas nou­ve­au con­ver­ti, de peur qu'enflé d'or­gu­eil il ne tom­be sous le ju­ge­ment du di­ab­le. Il faut aus­si qu'il re­çoi­ve un bon témoig­na­ge de ceux du de­hors, afin de ne pas tom­ber dans le discré­dit et dans les piè­ges du di­ab­le. »

L'ins­tal­la­ti­on du prédi­ca­teur

À l'au­be du réveil la­es­ta­dien, les usa­ges de l'ins­tal­la­ti­on du prédi­ca­teur va­ri­aient. La­es­ta­dius ap­pe­lait des as­sis­tants pour lui-même, d'abord pour le tra­vail sco­lai­re, en­sui­te aus­si pour prêcher. Plus tard, il était d'usa­ge dans l'Église que, qu­and on avait aper­çu les qu­a­lités con­ve­nab­les d'un frère, on lui de­man­dait de « con­fes­ser sa foi » à l'oc­ca­si­on d'une réu­ni­on.

Dès le début, il était im­por­tant que ce fût l'Église qui ap­pe­lait les frères à prêcher et que ces frères soi­ent con­nus dans l'Église. C'est se­lon le même prin­ci­pe qu'on agit de nos jours aus­si. Les res­pon­sab­les d'une as­so­ci­a­ti­on de la paix lo­ca­le dis­cu­tent sur le su­jet d'abord ent­re eux et en­sui­te avec la per­son­ne en qu­es­ti­on. Par­fois dans la dis­cus­si­on, il ap­pa­raît des faits sus­cep­tib­les de fai­re le frère en qu­es­ti­on re­fu­ser à l'ap­pel.

C'est l'Église qui ap­pel­le et en­voie le prédi­ca­teur. On ne doit pas ins­tal­ler de nou­ve­aux prédi­ca­teurs dans une si­tu­a­ti­on où il y a des conf­lits ou des désac­cords doct­ri­naux dans l'Église. On ne dev­rait pas ap­pe­ler à cet­te mis­si­on une per­son­ne qui lui-même exp­ri­me ses am­bi­ti­ons de de­ve­nir prédi­ca­teur. Il est im­por­tant que l'Église soit una­ni­me sur l'ap­pel d'un prédi­ca­teur.

Prêche la Pa­ro­le !

Le prédi­ca­teur ou ser­vi­teur de la Pa­ro­le est le ser­vi­teur de la Pa­ro­le de Dieu. Il doit étu­dier la Sain­te Bib­le et s'y en te­nir lors­qu'il sert les au­di­teurs. Il se­rait préférab­le que ce­lui qui est ap­pelé à la mis­si­on du prédi­a­ca­teur ait étu­dié la Bib­le déjà avant l'ins­tal­la­ti­on, et qu'il en con­nais­se le con­te­nu. L'Église doit se rap­pe­ler que les critè­res les plus im­por­tants pour la mis­si­on du prédi­ca­teur sont ceux-ci : la foi sub­jec­ti­ve et l'en­ten­de­ment ou­vert par la foi, ain­si que l'intérêt pour la Pa­ro­le du Seig­neur et la con­nais­san­ce de cel­le-là.

La fonc­ti­on du prédi­ca­teur est de proc­la­mer la Pa­ro­le de Dieu. Le con­seil de Paul à Ti­moth­ée fut précis : « prêche la Pa­ro­le » (2 Tim 4 : 2). Avec la Pa­ro­le, il en­ten­dait la Pa­ro­le à la­qu­el­le s'en te­nai­ent déjà les prophè­tes, qu­and « la Pa­ro­le de l'Éter­nel leur fut ad­res­s­ée ». Les apôt­res proc­la­mai­ent l'évan­gi­le sur le Christ en se référant tou­jours aux Écri­tu­res de l'An­cien Tes­ta­ment. Le fon­de­ment de la foi et de la con­fes­si­on luthé­rien­ne évangé­li­que est la Bib­le. C'est la règle suprê­me en ma­tiè­re de foi et de vie. C'est pour­quoi, le vie­il usa­ge des la­es­ta­diens con­ser­va­teurs d'exp­li­qu­er le tex­te de ver­set en ver­set, en se référant à d'aut­res pas­sa­ges de la Bib­le, est tou­jours sûr et con­ve­nab­le.

Cha­cun des frères prédi­ca­teurs a été no­vi­ce un jour. Cha­cun a res­sen­ti de la ti­mi­dité et de la peur, même de l'im­pos­si­bi­lité de­vant la tâche. Il est im­por­tant que les aut­res prédi­ca­teurs et tou­te l'Église en­cou­ra­gent le prédi­ca­teur no­vi­ce et le sou­tien­nent en le bénis­sant. C'est tout un pri­vilè­ge de grâce pour un jeu­ne prédi­ca­teur d'avoir com­me sou­tien un frère plus expé­ri­menté, avec qui il peut, lib­re­ment, échan­ger des pens­ées sur la compré­hen­si­on des tex­tes. L'apôt­re Paul nous a rap­pelé que cha­que prédi­ca­teur a son prop­re ta­lent.

Lors­que le prédi­ca­teur se prépare pour son tour de ser­vi­ce et étu­die la Pa­ro­le, il est bon d'uti­li­ser, en plus de la Bib­le, des œuv­res d'exp­li­ca­ti­on et d'aut­re maté­riel qui décrit l'his­toi­re de la Bib­le et le pa­y­sa­ge du tex­te. Le prêche doit être fondé sur la Bib­le. Il vaut la pei­ne de lire la Bib­le non seu­le­ment en se prépa­rant à prêcher, mais aus­si ail­leurs.

La vie de foi sub­jec­ti­ve du prédi­ca­teur

Le prédi­ca­teur n'est pas sauvé par ce qu'il prêche. Il est im­por­tant que le prédi­ca­teur se re­cu­eil­le aus­si à la place de l'au­di­teur de la Pa­ro­le. Le ser­vi­teur de la Pa­ro­le a be­soin du même ser­vi­ce que re­çoit cha­que chrétien par les soins de la grâce de l'Église de Dieu : il a be­soin d'en­tend­re et de lire la Pa­ro­le, de prier, de par­ta­ger l'unité de l'Église, de par­ti­ci­per à la Sain­te Cène du Seig­neur et de la con­fes­si­on.

Si la cons­cien­ce du prédi­ca­teur n'est pas soign­ée, cela com­men­ce à se reflé­ter peu à peu dans la proc­la­ma­ti­on. En cherc­hant de voi­ler la cons­cien­ce qui n'est pas soign­ée, le prédi­ca­teur peut fi­nir par se ret­rou­ver sous la loi. Alors, la voix du Bon Ber­ger ne se fait plus en­tend­re dans ses dis­cours, mais les con­seils de la grâce de la Pa­ro­le de Dieu ont changé en fou­et qui frap­pe les en­fants de grâce échoués.

Par­fois, il ar­ri­ve qu'un prédi­ca­teur est dis­pensé de sa mis­si­on. La déci­si­on en est fai­te par l'Église qui avait aus­si ap­pelé le prédi­ca­teur. Il ne con­vient pas que le prédi­ca­teur an­non­ce uni­laté­ra­le­ment de se re­ti­rer de la mis­si­on à la­qu­el­le il a été ap­pelé. Il se peut que le prédi­ca­teur ait sus­cité de l'in­quié­tu­de ou de la ma­lai­se par sa vie ou par son en­seig­ne­ment. Alors, la dis­pen­se de la mis­si­on est une ac­ti­on qui soig­ne l'âme du prédi­ca­teur en qu­es­ti­on, ain­si que tou­te l'Église. La dis­pen­se de la mis­si­on ne doit pas être une me­su­re dis­cip­li­nai­re, ni un mo­yen d'exer­cer le pou­voir. Qu­and le prédi­ca­teur répare ses fau­tes, il est sou­te­nu et traité d'un cher frère. Ce­pen­dant, cela ne sig­ni­fie pas au­to­ma­ti­qu­e­ment qu'il se­rait réap­pelé à la mis­si­on du prédi­ca­teur.

Des res­pon­sa­bi­lités de l'Église

L'au­di­teur a aus­si ses res­pon­sa­bi­lités en­vers le prédi­ca­teur. Les an­ciens chrétiens ont sou­vent en­seigné qu'on ne dev­rait ja­mais ve­nir à écou­ter la Pa­ro­le en pen­sant : ce frère-ci sait prêcher. L'au­di­teur dev­rait ob­ser­ver le prédi­ca­teur, non en cherc­hant des fau­tes, mais en éva­lu­ant sai­ne­ment, si le frère par­le des Pa­ro­les de Dieu.

L'apôt­re a rap­pelé que la tâche de l'Église est de prier pour le prédi­ca­teur afin que la Pa­ro­le lui soit don­n­ée (Éph 6 : 19–20). Les prédi­ca­teurs sont en eux-mêmes aus­si pécheurs que leurs au­di­teurs. En plus de la cor­rup­ti­on du péché, les prédi­ca­teurs peu­vent avoir des ten­ta­ti­ons li­ées à la mis­si­on du prédi­ca­teur, com­me « des ten­ta­ti­ons du tex­te », c'est-à-dire des dif­fi­cultés à trou­ver un bon pas­sa­ge de tex­te à exp­li­qu­er et des ten­ta­ti­ons d'as­pi­rer à un faux hon­neur.

Nous som­mes ser­vis

Le ser­vi­teur de la Pa­ro­le est aus­si un pas­teur des âmes, qui écou­te les sou­cis et les chag­rins des proc­hains, « se réjou­it avec ceux qui se réjou­is­sent et pleu­re avec ceux qui pleu­rent ». Il peut agir aus­si com­me con­fes­seur et ser­vir les com­pag­nons de la foi par l'amour du Christ en leur la­vant les pieds se­lon le modè­le de not­re Seig­neur (Jean 13 : 12–17).

L'Église du Christ ne fon­de pas sa foi sur le prédi­ca­teur ni sur ses dons, mais sur Jésus-Christ qui est « le che­min, la vérité et la vie » (Jean 14 : 6) Dans les réu­ni­ons, on an­non­ce sou­vent : « Main­te­nant, nous som­mes ser­vis par not­re frère... » C'est bien dit. Le prédi­ca­teur est un ser­vi­teur de la Pa­ro­le. Jésus en a don­né un exemp­le : « C'est ain­si que le Fils de l'hom­me est venu, non pour être ser­vi, mais pour ser­vir et don­ner sa vie en ran­çon pour be­au­coup » (Matt 20 : 28).

Tex­te: Erk­ki Piri

Sour­ce : L'An­nu­ai­re de SRK 2012

Tra­duc­ti­on: SS

Jul­kais­tu rans­kan­kie­li­ses­sä kie­li­liit­tees­sä 4/2014.

19.7.2024

Herra on kuningas! Riemuitkoon maa, iloitkoot meren saaret ja rannat! Pilvi ja pimeys ympäröi häntä, hänen istuintaan kannattavat vanhurskaus ja oikeus. Ps. 97:1–2

Viikon kysymys