JavaScript is disabled in your web browser or browser is too old to support JavaScript. Today almost all web pages contain JavaScript, a scripting programming language that runs on visitor's web browser. It makes web pages functional for specific purposes and if disabled for some reason, the content or the functionality of the web page can be limited or unavailable.
vieraskieliset / en-francais

L’amour de Dieu éveille la joie

Siionin Lähetyslehti
vieraskieliset / en-francais
29.12.2014 14.00

Juttua muokattu:

1.1. 23:50
2020010123500320141229140000

La ca­racté­ris­ti­que du ro­yau­me de Dieu est l’amour. L’amour du bon Ber­ger crée la joie. Le dis­cip­le de Jésus Christ se réjou­it du don de la foi et de l’espé­ran­ce de la vie éter­nel­le. L’Evan­gi­le nous don­ne le pou­voir de croi­re et d’ai­mer les aut­res en­fants de Dieu.

A l’ap­p­roc­he de la fête de Pâque, not­re Sau­veur a dîné avec ses dis­cip­les. Il a lavé les pieds de ses dis­cip­les, et leur a ain­si don­né un exemp­le: les dis­cip­les de­vai­ent fai­re la même chose que leur Seig­neur a fait pour eux. (Jean 13 : 1-17) Le Sau­veur exp­li­que la sig­ni­fi­ca­ti­on sym­bo­li­que du la­ve­ment des pieds dans son dis­cours d’adieu (Jean 13 : 31 - 14 : 31). Le con­te­nu prin­ci­pal du dis­cours est cris­tal­lisé dans les pa­ro­les: « Je vous don­ne un com­man­de­ment nou­ve­au : Ai­mez-vous les uns les aut­res ; com­me je vous ai aimés, vous aus­si, ai­mez-vous les uns les aut­res » (Jean 13 : 34). L’amour de Jésus à ses dis­cip­les était par­fait jus­qu’à la fin.

Pen­dant la der­niè­re Cène, l’en­seig­nant a présenté à ses élèves une pa­ra­bo­le du cep et des sar­ments : « Moi, je suis le vrai cep, et mon Père est le vig­ne­ron. Tout sar­ment qui est en moi et qui ne por­te pas de fruit, il le ret­ranc­he ; et tout sar­ment qui por­te du fruit, il émon­de afin qu’il por­te en­co­re plus de fruit. Déjà, vous êtes émondés, à cau­se de la pa­ro­le que je vous ai an­nonc­ée. De­meu­rez en moi, com­me moi en vous. De même que le sar­ment ne peut de lui-même por­ter du fruit, s’il ne de­meu­re sur le cep, de même vous non plus, si vous ne de­meu­rez en moi. » (Jean 15 : 1-4) La puis­san­ce pour la cro­yan­ce et pour de bons fruits de la foi vient du Christ.

Le Saint-Esp­rit en­seig­ne

Le Fils de Dieu, l’en­seig­nant par­fait, par­la à ses dis­cip­les de l’amour de Dieu : « Com­me le Père m’a aimé, moi aus­si, je vous ai aimés. De­meu­rez dans mon amour. Si vous gar­dez mes com­man­de­ments, vous de­meu­re­rez dans mon amour, com­me j’ai gardé les com­man­de­ments de mon Père et que je de­meu­re dans son amour. » (Jean 15 : 9-10)

L’Église du Christ croit et vit sur les fon­de­ments éter­nels de la pa­ro­le de Dieu. Jésus a dit : « Mais le Con­so­la­teur, le Saint-Esp­rit que le Père en­ver­ra en mon nom, c’est lui qui vous en­seig­ne­ra tou­tes cho­ses et vous rap­pel­le­ra tout ce que moi je vous ai dit » (Jean 14 : 26). « Et voi­ci son com­man­de­ment: Que nous cro­yi­ons au nom de son Fils Jésus-Christ, et que nous nous ai­mi­ons les uns les aut­res, se­lon le com­man­de­ment qu’il nous a don­né. Ce­lui qui gar­de ses com­man­de­ments de­meu­re en Dieu, et Dieu en lui ; et nous re­con­nais­sons à ceci qu’il de­meu­re en nous, par l’Esp­rit qu’il nous a don­né. » (1 Jean 3 : 23-24)

La voix du bon Ber­ger s’en­tend dans l’évan­gi­le

Jésus dit : « Moi, je suis le bon ber­ger. Je con­nais mes bre­bis, et mes bre­bis me con­nais­sent, com­me le Père me con­naît, et com­me je con­nais le Père ; et je don­ne ma vie pour mes bre­bis. J’ai en­co­re d’aut­res bre­bis qui ne sont pas de cet­te ber­ge­rie ; cel­les-là, il faut aus­si que je les amè­ne ; el­les en­tend­ront ma voix, et il y au­ra un seul trou­pe­au, un seul ber­ger. » (Jean 10 : 14-16) Nous en­ten­dons la voix du Bon Ber­ger qu­and un cro­yant déclare le par­don des péchés au nom et au sang ex­pi­a­toi­re de Jésus.

C’est l’évan­gi­le de la rémis­si­on des péchés qui don­ne la puis­san­ce de la foi et de l’amour ent­re les en­fants de Dieu : « - - Dieu est lu­miè­re, il n’y a pas en lui de ténèbres. Si nous di­sons que nous som­mes en com­mu­ni­on avec lui, et que nous marc­hi­ons dans les ténèbres, nous men­tons et nous ne pra­ti­quons pas la vérité. Mais si nous marc­hons dans la lu­miè­re, com­me il est lui-même dans la lu­miè­re, nous som­mes en com­mu­ni­on les uns avec les aut­res, et le sang de Jésus son Fils nous pu­ri­fie de tout péché. Si nous di­sons que nous n’avons pas de péché, nous nous sédui­sons nous-mêmes, et la vérité n’est pas en nous. Si nous con­fes­sons nos péchés, il est fidè­le et jus­te pour nous par­don­ner nos péchés et nous pu­ri­fier de tou­te in­jus­ti­ce. » (1 Jean 1 : 5-9)

La joie de l’amour du Bon Ber­ger

L’amour du Bon Ber­ger éveil­le la joie. Jésus a dit : « Je vous ai parlé ain­si, afin que ma joie soit en vous et que vot­re joie soit complè­te » (Jean 15 : 11). Le dis­cip­le du Christ se réjou­it du don de la foi, que Dieu a préparé en son Fils Jésus-Christ : « par­ce que tout ce qui est né de Dieu tri­omp­he du mon­de, et voi­ci la vic­toi­re qui tri­omp­he du mon­de : not­re foi » (1 Jean 5 : 4).

L’en­fant de Dieu se réjou­it aus­si de l’espé­ran­ce de la vie éter­nel­le : « Bien-aimés, nous som­mes main­te­nant en­fants de Dieu, et ce que nous se­rons n’a pas en­co­re été ma­ni­festé ; mais nous sa­vons que lors­qu’il sera ma­ni­festé, nous se­rons semb­lab­les à lui, par­ce que nous le ver­rons tel qu’il est. Qui­con­que a cet­te espé­ran­ce en lui se pu­ri­fie, com­me lui (le Seig­neur) est pur. » (1 Jean 3 : 2-3)

L’amour est la ca­racté­ris­ti­que du ro­yau­me de Dieu

L’amour est la ca­racté­ris­ti­que du ro­yau­me de Dieu dans ce mon­de. Jésus dit : « A ceci tous con­naît­ront que vous êtes mes dis­cip­les, si vous avez de l’amour les uns pour les aut­res » (Jean 13 : 35). Not­re Sau­veur com­man­de ses dis­cip­les en dou­ceur : « Voi­ci mon com­man­de­ment : Ai­mez-vous les uns les aut­res, com­me je vous ai aimés » (Jean 15 : 12).

L’amour ent­re les cro­yants et l’una­ni­mité en­gendr­ée par le Saint-Esp­rit ap­pel­lent l’hom­me inc­ro­yant à la re­pen­tan­ce et à la cro­yan­ce de l’évan­gi­le, dans la com­mu­ni­on du ro­yau­me de Dieu. Aus­si bien dans le ciel que dans l’Église de Dieu on se réjou­it de cha­cun qui a reçu la grâce de la re­pen­tan­ce (Luc 15 : 3-7). Qu­and le Bon Ber­ger ret­rou­ve sa bre­bis per­due, la joie est gran­de : « Tu rends la na­ti­on nomb­reu­se, Tu lui dis­pen­ses la joie. El­le se réjou­it de­vant toi de la joie des mois­sons, Com­me on pous­se des cris d’al­lég­res­se au par­ta­ge du bu­tin. » (És. 9 : 2)

Tex­te: Kyös­ti Pie­vi­läi­nen

Tra­duc­ti­on: S. K.

Sour­ce: Jour­nal de Mis­si­on de Sion 2/2014

Jul­kais­tu rans­kan­kie­li­ses­sä kie­li­liit­tees­sä 11/2014.

19.7.2024

Herra on kuningas! Riemuitkoon maa, iloitkoot meren saaret ja rannat! Pilvi ja pimeys ympäröi häntä, hänen istuintaan kannattavat vanhurskaus ja oikeus. Ps. 97:1–2

Viikon kysymys