JavaScript is disabled in your web browser or browser is too old to support JavaScript. Today almost all web pages contain JavaScript, a scripting programming language that runs on visitor's web browser. It makes web pages functional for specific purposes and if disabled for some reason, the content or the functionality of the web page can be limited or unavailable.
vieraskieliset / en-francais

La plus grande chose, c’est l’amour

Siionin Lähetyslehti
vieraskieliset / en-francais
11.5.2015 15.52

Juttua muokattu:

1.1. 23:53
2020010123532620150511155200

Au soir du Jeu­di saint, Jésus fit son der­nier dis­cours pour ses dis­cip­les. Dans son dis­cours, il sou­lig­nait l’amour, la plus im­por­tan­te de tou­tes les cho­ses.

« Je vous don­ne un com­man­de­ment nou­ve­au : Ai­mez-vous les uns les aut­res ; com­me je vous ai aimés, vous aus­si, ai­mez-vous les uns les aut­res. A ceci tous con­naît­ront que vous êtes mes dis­cip­les, si vous avez de l’amour les uns pour les aut­res. » (Jean 13 : 34-35.)

Les dif­fi­cultés à Co­rint­he

L’apôt­re Paul écri­vit sa let­t­re à l’église de Co­rint­he en­vi­ron deux décen­nies après ce dis­cours d’adieu de Jésus. La vil­le de Co­rint­he se si­tu­ait dans un isth­me étroit, et el­le était fa­ci­le­ment ac­ces­sib­le de­puis tou­te la mer Médi­ter­ran­ée. Ain­si, c’était un cent­re de com­mer­ce im­por­tant dans le mon­de de l’An­ti­quité. En plus de la ric­hes­se tem­po­rel­le, el­le était con­nue pour l’im­mo­ra­lité.

Tout de même, à Co­rint­he, il y avait de ceux qui vou­lai­ent re­ce­voir le mes­sa­ge du Christ, et une église y fut fond­ée. L’église de Co­rint­he était la plus gran­de et la plus dif­fi­ci­le par­mi cel­les fond­ées par Paul. Les chrétiens de Co­rint­he étai­ent tour­mentés par l’im­mo­ra­lité régnant dans la vil­le, mais aus­si par les con­fu­si­ons et les désac­cords doct­ri­naux. Ils avai­ent oub­lié ce que not­re Seig­neur avait de­mandé dans son der­nier dis­cours : ai­mez-vous les uns les aut­res.

Une preu­ve du nomb­re des dif­fi­cultés chez les Co­rint­hiens est le fait que Paul leur écri­vit plu­sie­urs let­t­res, dont une par­tie se trou­ve dans les deux épîtres aux Co­rint­hiens. Il est pos­sib­le de dis­tin­gu­er un thème com­mun dans ces let­t­res : ce­lui de con­dui­re l’église de Co­rint­he à tra­vers les dif­fi­cultés vers l’amour.

Aga­pe, l’amour de Dieu

On par­le be­au­coup de l’amour à not­re épo­que. On en par­lait be­au­coup aus­si à Co­rint­he. En grec an­cien, il y avait plu­sie­urs exp­res­si­ons pour le mot « amour ». En par­lant de l’amour ro­man­ti­que, le mot « eros » était uti­lisé, tan­dis que lien d’ami­tié était ap­pelé « fi­los », et l’af­fec­ti­on « stor­ge ». Par­fois le mot « epit­hy­mia » est tra­duit par amour, alors que le sens le plus proc­he en est désir.

Dans la Bib­le, on ne par­le pas be­au­coup des ty­pes d’amour cités au-des­sus. Le mot de la Bib­le pour l’amour est « aga­pe ». C’est l’amour de Dieu - un amour alt­ruis­te, dévoué et sans défaut. Cet amour est décrit dans la let­t­re de Jean : « Et cet amour con­sis­te non pas en ce que nous avons aimé Dieu, mais en ce qu’il nous a aimés et qu’il a en­vo­yé son Fils com­me vic­ti­me ex­pi­a­toi­re pour nos péchés » (1. Jean 4 : 10). Cet amour man­qu­ait dans l’église de Co­rint­he. En ef­fet, il avait été remp­lacé par l’in­dif­fé­ren­ce.

Les dons pour le bien com­mun

Les memb­res de l’église de Co­rint­he avai­ent plu­sie­urs dons : le don de sa­voir, le don de prophé­ti­ser, le don des lan­gu­es. À Co­rint­he, « la pa­ro­le des hom­mes et des an­ges », c’est-à-dire l’élo­qu­en­ce et le lan­ga­ge d’ex­ta­sie, était ap­pré­ci­ée en par­ti­cu­lier. Cer­tains memb­res éprou­vai­ent l’infé­ri­o­rité et les dou­tes par­ce qu’ils n’avai­ent pas eu ces dons.

Paul en­cou­ra­ge­ait aus­si ces memb­res d’église : tout le mon­de n’a pas be­soin d’avoir les dons pa­reils. Cha­que memb­re d’église a ses dons uni­qu­es qui peu­vent être des dons de grâce s’ils sont uti­lisés pour la gloi­re de Dieu, pour le bien de son proc­hain et pour étab­lir l’église.

À Co­rint­he, il y avait be­au­coup de dons et be­au­coup de cau­se­rie, mais sans l’amour, tout cela n’au­rait été que du bruit sourd.

Nous som­mes défec­tu­eux dans ce temps

Paul rend gloi­re à l’amour et la présen­te com­me « une voie par ex­cel­len­ce » (1. Cor 12 : 31). En même temps, il ad­met que dans ce mon­de, nous som­mes en­co­re défec­tu­eux. « Au­jourd’hui je con­nais par­tiel­le­ment, mais alors, je con­naît­rai com­me j’ai été con­nu » (1. Cor 13 : 12).

Dû au vie­il hom­me en nous, le man­que d’amour et l’in­dif­fé­ren­ce sont proc­hes à cha­cun de nous. L’amour de Dieu est sans défaut, mais les ac­tes d’un chrétien res­tent défec­tu­eux. Pour cet­te rai­son, il est im­por­tant de no­ter en­co­re un trait dans l’amour de Dieu: alors que les dif­fé­ren­tes for­mes de l’amour hu­main sont di­rig­ées seu­le­ment vers tout ce qui est beau, sans défaut et uti­le, Dieu ai­me l’hom­me pécheur, échoué et incré­du­le. Grâce à l’amour de Dieu, l’hom­me peut être un pécheur jus­ti­fié et croi­re au par­don de tous ses péchés tous les jours. Voilà la puis­san­ce qui ai­de les memb­res du corps du Christ à se réjou­ir et à souf­f­rir en­semb­le dans ce mon­de.

Tex­te: Tuo­mas Töl­li

Tra­duc­ti­on: Saa­na Kor­te­sal­mi

Sour­ce: Sii­o­nin Lä­he­tys­leh­ti 3/2015

Teks­tis­sä kä­si­tel­lään seu­raa­vaa raa­ma­tun­koh­taa: 1. Cor 13 : 13

Jul­kais­tu rans­kan­kie­li­ses­sä kie­li­liit­tees­sä 6.5.2015.

19.7.2024

Herra on kuningas! Riemuitkoon maa, iloitkoot meren saaret ja rannat! Pilvi ja pimeys ympäröi häntä, hänen istuintaan kannattavat vanhurskaus ja oikeus. Ps. 97:1–2

Viikon kysymys