JavaScript is disabled in your web browser or browser is too old to support JavaScript. Today almost all web pages contain JavaScript, a scripting programming language that runs on visitor's web browser. It makes web pages functional for specific purposes and if disabled for some reason, the content or the functionality of the web page can be limited or unavailable.
vieraskieliset / en-francais

Le prophète Ésaïe prophétisait le repas de fête des cieux

Siionin Lähetyslehti
vieraskieliset / en-francais
29.12.2014 14.53

Juttua muokattu:

1.1. 23:50
2020010123500420141229145300

L’évan­gi­le nous par­le de l’of­f­ran­de qui est agr­éab­le à Dieu et de l’œuv­re de rédemp­ti­on. Le prophè­te Ésaïe prédi­sait la vic­ti­me ex­pi­a­toi­re par­fai­te : Jésus Christ. Ésaïe vo­yait aus­si le re­pas de fête préparé sur la mon­tag­ne de Sion ain­si que le re­pas de ma­ri­a­ge de l’ag­ne­au. Ce gen­re de vues plei­nes d’es­poir sont tou­jours of­fer­tes aux cro­yants par la Pa­ro­le de Dieu. Nous avons aus­si la chan­ce d’aper­ce­voir le grand fes­tin des cie­ux en par­ti­ci­pant à la Sain­te Cène.

Après le décès du roi Ozi­as, en­vi­ron 740 ans avant la nais­san­ce de not­re Seig­neur, Ésaïe a été ap­pelé pour de­ve­nir prophè­te. A l’épo­que d’Ésaïe, le peup­le ne vou­lait pas ob­éir à la vo­lonté de Dieu. « Ils ont aban­don­né l’Eter­nel, ils ont méprisé le Saint d’Is­raël. Ils se sont re­tirés en ar­riè­re... » (És. 1 : 2–4).

L’ob­éis­san­ce vaut mie­ux que les sac­ri­fi­ces

Malgré la désob­éis­san­ce du peup­le, il préser­vait les cérémo­nies sac­ri­fi­ciel­les. Mais le peup­le avait ef­fec­tué ces cérémo­nies sans être présents de leurs cœurs et c’était pour­quoi Dieu les a répri­mandés par Ésaïe : « Qu’ai-je af­fai­re de la mul­ti­tu­de de vos sac­ri­fi­ces ? dit l’Eter­nel. Je suis ras­sa­sié des ho­lo­caus­tes de béliers et de la grais­se des ve­aux ; Je ne prends point plai­sir au sang des tau­re­aux, des bre­bis et des boucs. » (És. 1 : 11.) Dieu avait déjà rap­pelé le roi Saül à l’épo­que du prophè­te Sa­mu­el de cet­te même chose : « L’Eter­nel trou­ve-t-il du plai­sir dans les ho­lo­caus­tes et les sac­ri­fi­ces, com­me dans l’ob­éis­san­ce à la voix de l’Eter­nel ? Voi­ci, l’ob­éis­san­ce vaut mie­ux que les sac­ri­fi­ces, et l’ob­ser­va­ti­on de sa Pa­ro­le vaut mie­ux que la grais­se des béliers. » (1. Sam. 15 : 22)

Le prêche de re­pen­tan­ce d’Ésaïe

Le prophè­te Ésaïe sui­vait la vie que le peup­le de son épo­que me­nait au­tour de lui. Il vo­yait com­ment le peup­le aban­don­nait la Pa­ro­le de Dieu. Il comp­re­nait que c’était à cau­se de cela qu’il y avait tant de problè­mes dans leur so­ciété : Le fait d’aban­don­ner la Pa­ro­le de Dieu por­tait de la pei­ne. Le peup­le et les chefs du pays se révol­tai­ent. Les pauv­res étai­ent op­p­res­sés. Les di­ri­ge­ants agis­sai­ent cont­re la loi que Dieu avait don­n­ée à Moï­se. Le peup­le de­ve­nait de plus en plus faib­le en même temps que les pays voi­sins se for­ti­fi­aient.

La Pa­ro­le de Dieu était le prêche de la loi et de l’évan­gi­le même à cet­te épo­que-là. Ésaïe pri­ait les pécheurs de re­tour­ner : « La­vez-vous, pu­ri­fiez-vous. Otez de de­vant mes ye­ux la méchan­ceté de vos ac­ti­ons ; Ces­sez de fai­re le mal. » Il était aus­si pro­mis pour une per­son­ne péni­ten­te que : « Si vos péchés sont com­me le cra­moi­si, ils de­viend­ront blancs com­me la nei­ge. – – Si vous avez de la bon­ne vo­lonté et si vous êtes do­ci­les, Vous man­ge­rez les meil­leu­res pro­duc­ti­ons du pays ; Mais si vous résis­tez et si vous êtes re­bel­les, vous se­rez dévorés par le glai­ve, car la bouc­he de l’Eter­nel a parlé. » (És. 1 : 16–20.)

Dieu avait dit à Ésaïe par avan­ce que le peup­le n’al­lait pas écou­ter son prêche de re­pen­tan­ce. Per­son­ne ne l’écou­tait, même s’il par­lait de la cap­ti­vité de tout le peup­le et la démo­li­ti­on du temp­le. Il prédi­sait que la si­tu­a­ti­on res­te­ra la même jus­qu’à ce que tout le peup­le sera démoli et qu’uni­qu­e­ment les per­son­nes ob­éis­san­tes à Dieu se­rai­ent sauv­ées et ra­men­ées dans leur pays. (És. 6).

L’of­f­ran­de de bon­ne odeur

Ésaïe vi­vait et sui­vait son temps mais il vo­yait plus loin. Il prédi­sait la cap­ti­vité de la­qu­el­le le peup­le ne sera pas libéré jus­qu’à l’épo­que de Cy­rus, roi de Per­se. Il avait aus­si récon­forté le peup­le en par­lant de la nais­san­ce du Christ, le Prin­ce de la paix. Il vo­yait la nou­vel­le al­li­an­ce et « l’of­f­ran­de de bon­ne odeur » (Eph. 5 : 2) qui était agr­éab­le à Dieu.

Le prophè­te Esa­ïe prédi­sait la vic­ti­me ex­pi­a­toi­re par­fai­te : Jésus Christ. Nous pou­vons fai­re par­tie de son œuv­re de rédemp­ti­on par la foi. L’évan­gi­le nous par­le de l’of­f­ran­de qui est agr­éab­le pour Dieu et de l’œuv­re de rédemp­ti­on par­fai­te. Cet­te même Pa­ro­le est an­nonc­ée par­mi le peup­le de Dieu même dans not­re épo­que.

Le re­pas de fête sur la mon­tag­ne de Sion

Prop­het Isai­ah was ab­le to see still furt­her. He told of a fe­ast on Mount Zion. This fe­ast, desc­ri­bed in chap­ter 25 of the Book of Isai­ah, has been in­terp­re­ted as an esc­ha­to­lo­gi­cal ima­ge. He was ab­le to see to the end of time, to the mar­ri­a­ge fe­ast of the Lamb (Rev. 19:9).

The fe­ast was a vi­si­on of hope for the pe­op­le who had to suf­fer. This vi­si­on of hope is still of­fe­red to be­lie­vers in the word of God. We can al­so get a fo­re­tas­te of he­a­ven’s fe­ast in the Lord’s Holy Sup­per. These fes­ti­ve mo­ments are me­ant for en­cou­ra­ge­ment so that we would have the strength to tra­vel all the way to the he­a­ven­ly fes­ti­vi­ty.

Le prophè­te avait vu en­co­re plus loin. Il par­lait du re­pas de fête sur la mon­tag­ne de Sion. Ce re­pas de fête décrit dans le cha­pit­re 25 dans le liv­re d’Ésaïe est con­sidéré com­me une ima­ge du der­nier temps. Il vo­yait jus­qu’à la fin de temps, jus­qu’au re­pas de ma­ri­a­ge de l’ag­ne­au. (Ap. 19 : 9)

Le re­pas de fête était une vue plei­ne d’es­poir pour le peup­le souf­f­rant. Cet­te même vue est tou­jours of­fer­te aux cro­yants par la Pa­ro­le de Dieu. Nous pou­vons aus­si aper­ce­voir le re­pas de fête au ciel en par­ti­ci­pant à la Sain­te Cène. Ces mo­ments spéci­aux nous sont don­nés pour l’en­cou­ra­ge­ment, pour pour­voir con­ti­nu­er not­re che­min jus­qu’à ar­ri­ver au re­pas de fête de ciel.

Nous avons be­soin d’en­cou­ra­ge­ment. Même dans not­re épo­que le peup­le de Dieu souf­f­re de « l’op­p­rob­re ». Le jour ar­ri­va qu­and « Le Seig­neur, l’Eter­nel, es­suie les lar­mes de tous les vi­sa­ges, Il fait dis­pa­raît­re de tou­te la ter­re l’op­p­rob­re de son peup­le » (És. 25 : 8).

Dans la foi nous pou­vons re­gar­der jus­qu’au re­pas de fête de ciel. Malgré les tri­bu­la­ti­ons du che­min nous pou­vons déjà nous réjou­ir de ces mots d’Ésaïe : « C’est l’Eter­nel, en qui nous avons con­fi­an­ce ; So­yons dans l’al­lég­res­se, et réjou­is­sons-nous de son sa­lut! » (És. 25 : 9.)

Tex­te: Tuo­mas Töl­li

Tra­duc­ti­on: E. G.

Sour­ce: Jour­nal de Mis­si­on de Sion 1/2014

Jul­kais­tu rans­kan­kie­li­ses­sä kie­li­liit­tees­sä 11/2014.

19.7.2024

Herra on kuningas! Riemuitkoon maa, iloitkoot meren saaret ja rannat! Pilvi ja pimeys ympäröi häntä, hänen istuintaan kannattavat vanhurskaus ja oikeus. Ps. 97:1–2

Viikon kysymys