JavaScript is disabled in your web browser or browser is too old to support JavaScript. Today almost all web pages contain JavaScript, a scripting programming language that runs on visitor's web browser. It makes web pages functional for specific purposes and if disabled for some reason, the content or the functionality of the web page can be limited or unavailable.
vieraskieliset / en-francais

La bénédiction du jour du sabbat

Siionin Lähetyslehti
vieraskieliset / en-francais
29.12.2014 13.57

Juttua muokattu:

1.1. 23:50
2020010123500320141229135700

L’hom­me a be­soin de re­pos. Dieu nous a don­né le jour du sab­bat pour not­re bénédic­ti­on et pour not­re joie. Pour un jour, nous pou­vons oub­lier la préci­pi­ta­ti­on de la vie quo­ti­dien­ne et nous re­cu­eil­lir pour écou­ter la Pa­ro­le de Dieu.

Le jour de sab­bat, que Dieu a béni et sanc­ti­fié, est im­por­tant. Pour­tant, nous oub­li­ons fa­ci­le­ment son im­por­tan­ce, com­me l’a fait le peup­le d’Is­raël. C’est pour cela que Dieu a dû le rap­pe­ler dans le troi­siè­me com­man­de­ment (Ex. 20 : 8).

Il y a deux par­ties dans le com­man­de­ment « Sou­viens-toi du jour du sab­bat, pour le sanc­ti­fier » : le re­pos et la sanc­ti­fi­ca­ti­on. Tous les deux, comp­ris de ma­niè­re jus­te, con­tien­nent la bénédic­ti­on de Dieu. Le re­pos fait par­tie de la bénédic­ti­on tem­po­rel­le et nous don­ne de la for­ce. La sanc­ti­fi­ca­ti­on jus­te comp­rend la bénédic­ti­on éter­nel­le, puis­qu’el­le nous mène au­tour de la Pa­ro­le de Dieu. Cela est le cœur du jour du sab­bat : qu’on sanc­ti­fie la Pa­ro­le de Dieu. Le jour du sab­bat est pour l’hom­me, le don de Dieu pour not­re bénédic­ti­on et pour not­re joie.

La bénédic­ti­on du re­pos

Le jour du sab­bat fait par­tie de la créa­ti­on : Dieu nous a créé de ma­niè­re que nous ay­ons be­soin de re­pos. « Car en six jours l’Éter­nel a fait le ciel, la ter­re, la mer et tout ce qui s’y trou­ve, et il s’est re­posé le sep­tiè­me jour : c’est pour­quoi l’Éter­nel a béni le jour du sab­bat et l’a sanc­ti­fié. » (Ex. 20 : 11.)

Le corps et l’esp­rit se déten­dent au re­pos. Il est bien de s’ar­rê­ter pour réfléchir sur les cho­ses qui nous char­gent. Fe­ri­on-nous bien de les aban­don­ner le jour du sab­bat pour que nous ay­ions du temps pour le re­pos ? P.ex. la na­tu­re peut détend­re aus­si bien not­re corps que not­re esp­rit. Le jour du sab­bat nous don­ne aus­si la pos­si­bi­lité de pas­ser du temps avec not­re fa­mil­le, sans la préci­pi­ta­ti­on de la vie quo­ti­dien­ne.

Nous avons la per­mis­si­on et l’ord­re de Dieu de ne pas tra­vail­ler pen­dant un jour. Par­fois, cela nous de­man­de aus­si d’avoir la con­fi­an­ce en les soins du Père Céles­te. Est-ce que le tra­vail de six jours est suf­fi­sant ? « Tu tra­vail­le­ras six jours, et tu res­pec­te­ras le sab­bat le sep­tiè­me jour ; tu res­pec­te­ras le sab­bat, même au temps des la­bours et de la mois­son. » (Ex. 34 : 21.) Ce con­seil aus­si comp­rend sûre­ment une gran­de sa­ges­se de Dieu.

Les com­man­de­ments de Dieu de­vien­nent fa­ci­le­ment les in­ter­dic­ti­ons, les ord­res et la sur­veil­lan­ce de leur res­pect. Est-ce qu’on peut fai­re cela ou ceci le jour du sab­bat ? Pour les Pha­ri­siens de l’epo­que de Jésus, le sab­bat de­ve­nait une loi : ils ont fait des lis­tes des cho­ses in­ter­di­tes pen­dant le jour du sab­bat. Ces lis­tes sont de­ve­nu­es une con­di­ti­on du sa­lut. Les évan­gi­les nous di­sent que Jésus a dû dis­cu­ter plu­sie­urs fois sur les qu­es­ti­ons con­cer­nant le sab­bat avec les pha­ri­siens. Il y a clai­re­ment eu des points de vue dif­fé­rents. Pour Jésus, aus­si le sab­bat a été une bon­ne nou­vel­le et un don de Dieu : « Puis il leur dit : Le sab­bat a été fait pour l’hom­me, et non l’hom­me pour le sab­bat » (Marc 2 : 27.) Nous avons le droit de fai­re les bon­nes cho­ses même le jour du sab­bat. Nous avons aus­si le droit de prend­re plai­sir au jour du sab­bat.

La Pa­ro­le de Dieu et la bénédic­ti­on éter­nel­le

Le mes­sa­ge es­sen­tiel du doub­le com­man­de­ment con­cer­nant le sab­bat se trou­ve dans la sanc­ti­fi­ca­ti­on du jour de re­pos. Sa­me­di soir, la son­ne­rie des cloc­hes des égli­ses nous rap­pel­le le troi­siè­me com­man­de­ment, le début du jour du sab­bat et la sanc­ti­fi­ca­ti­on de ce­lui-ci. Lut­her cons­ta­te dans le Grand Catéc­his­me que le jour du sab­bat, en lui-même, n’a pas be­soin d’être ren­du saint, ay­ant été créé tel par Dieu. Pour­tant, Dieu veut que nous le con­sidé­ri­ons com­me saint. Qu’est-ce que cela sig­ni­fie ? Lut­her don­ne une exp­li­ca­ti­on sur le troi­siè­me com­man­de­ment : «Nous de­vons craind­re et ai­mer Dieu, afin de ne point mépri­ser sa Pa­ro­le et la prédi­ca­ti­on ; mais d’avoir pour sa Pa­ro­le un saint res­pect et de prend­re plai­sir à l’en­tend­re et à l’étu­dier.»

Di­manc­he, le jour de la résur­rec­ti­on de Jésus et le sab­bat des chrétiens, est sur­tout le jour de la Pa­ro­le de Dieu. La lec­tu­re et l’écou­te de la Pa­ro­le de Dieu nous trans­met­tent la bénédic­ti­on éter­nel­le, sur la­qu­el­le re­po­se not­re vie. L’évan­gi­le, prêché par le pou­voir du Saint-Esp­rit, par­le du Christ et l’of­f­re aux au­di­teurs ; il pu­ri­fie le cœur par la foi et don­ne de la for­ce.

La Bib­le dit que, se­lon sa cou­tu­me, Jésus ent­rait dans la sy­na­go­gue le jour du sab­bat. Jésus nous mont­rait l’exemp­le : Il sanc­ti­fi­ait le jour du sab­bat en al­lant écou­ter la Pa­ro­le. Éga­le­ment, les chrétiens de l’Eg­li­se ori­gi­nel­le se ras­semb­lai­ent régu­liè­re­ment au cul­te. Dans les Ac­tes des Apôt­res on ra­con­te : «Ils persévé­rai­ent dans l’en­seig­ne­ment des apôt­res, dans la com­mu­ni­on fra­ter­nel­le, dans la frac­ti­on du pain, et dans les priè­res.» (Act. 2 : 42.)

Dieu sert par sa Pa­ro­le et par ses sac­re­ments. À cet égard aus­si, le sab­bat est pour l’hom­me. C’est nous qui som­mes ser­vis ; c’est donc un véri­tab­le lieu de re­pos, une oa­sis. Un bel inté­rie­ur d’église, les sons d’en­fants dans une sal­le de réu­ni­on, un chant puis­sant, et le mes­sa­ge éter­nel de la Bib­le ren­dent le jour du re­pos aus­si un jour de fête. Éga­le­ment, le fait d’éprou­ver la com­mu­ni­on de la foi à des réu­ni­ons, à des cul­tes et lors des ren­cont­res avec des cro­yants nous pa­raît com­me une bénédic­ti­on et nous don­ne de la for­ce. De Dieu cou­le la bénédic­ti­on du jour à not­re vie par l’in­termé­di­ai­re de re­pos et sur­tout à tra­vers la Pa­ro­le de Dieu.

Le Père Céles­te a pro­mis dans sa Pa­ro­le qu’un jour les cro­yants pour­ront pas­ser un vrai et par­fait jour de re­pos : «Il y a donc un re­pos de sab­bat résérvé au peup­le de Dieu. Car ce­lui qui ent­re dans le re­pos de Dieu se re­po­se de ses oe­uv­res, com­me Dieu s’est re­posé des sien­nes. Ef­for­çons-nous donc d’ent­rer dans ce re­pos, afin que per­son­ne ne tom­be en don­nant le même exemp­le de désob­éis­san­ce. » (Hébr. 4 : 9-11.)

Tex­te: Al­bert Ha­lo­nen

Tra­duc­ti­on: M. P. et S. K.

Sour­ce: L’An­nu­ai­re de SRK 2013/Bénédic­ti­on

Jul­kais­tu rans­kan­kie­li­ses­sä kie­li­liit­tees­sä 11/2014.

19.7.2024

Herra on kuningas! Riemuitkoon maa, iloitkoot meren saaret ja rannat! Pilvi ja pimeys ympäröi häntä, hänen istuintaan kannattavat vanhurskaus ja oikeus. Ps. 97:1–2

Viikon kysymys