JavaScript is disabled in your web browser or browser is too old to support JavaScript. Today almost all web pages contain JavaScript, a scripting programming language that runs on visitor's web browser. It makes web pages functional for specific purposes and if disabled for some reason, the content or the functionality of the web page can be limited or unavailable.
vieraskieliset / en-francais

Nos serons tous ressuscités

Siionin Lähetyslehti
vieraskieliset / en-francais
2.4.2014 0.00

Juttua muokattu:

1.1. 23:51
2020010123511120140402000000

À l'épo­que de l'apôt­re Paul, Co­rint­he était une vil­le anim­ée où les gens me­nai­ent une vie mon­dai­ne. Le Seig­neur ap­parût à Paul dans un rêve, en lui di­sant de prêcher cou­ra­geu­se­ment la pa­ro­le de Dieu à Co­rint­he.

À pre­miè­re vue, le tex­te épis­to­lai­re pro­posé pour Di­manc­he de Pâques (1. Cor. 15 : 12–22) peut sus­ci­ter chez le lec­teur deux qu­es­ti­ons. D'abord, il peut se de­man­der pour­quoi l'on a choi­si pour Pa­qu­es un tex­te qui ne reflè­te guè­re l'am­bi­an­ce de fête de Pa­qu­es. En­sui­te, les ar­gu­ments de Paul sur la résur­rec­ti­on peu­vent lui semb­ler peu con­vain­qu­ants.

Pour­tant, en étu­di­ant le tex­te avec précau­ti­on, le lec­teur peut se rend­re comp­te que l'ap­p­roc­he de Paul est plutôt in­tel­li­gen­te. En ef­fet, en s'ap­pu­yant sur les preu­ves présent­ées plus tôt dans le tex­te, Paul ne se con­ten­te pas de con­fir­mer la résur­rec­ti­on du Christ, mais il ex­po­se aus­si l'im­por­tan­ce de cet événe­ment dans l'his­toi­re du sa­lut. Dans la résur­rec­ti­on, Dieu don­ne sa main cha­ri­tab­le à l'hom­me.

Ex­hor­ta­ti­on à prêcher

Lors de son deu­xiè­me vo­ya­ge mis­si­on­nai­re (env. 50 à 53 av. J.-C.), Paul avait pas­sé plus de temps à Co­rint­he que dans les aut­res vil­les. Co­rint­he était un port et une vil­le de com­mer­ce très anim­ée, où les gens me­nai­ent une vie du mon­de. Là, le Seig­neur ap­parût à Paul dans un rêve, en lui di­sant de res­ter dans la vil­le et d'y prêcher cou­ra­geu­se­ment la pa­ro­le de Dieu.

Paul pas­sa dix-huit mois à Co­rint­he. (Ac­tes 18 : 2–3, 9–11). Il y fon­da une Èglise, qui dût com­bat­t­re cont­re be­au­coup de dif­fi­cultés. Dans ses let­t­res écri­tes après son départ, Paul in­vi­ta les chrétiens de Co­rint­he à sur­mon­ter leurs di­vi­si­ons caus­ées par de dif­fé­rents prédi­ca­teurs. Le ton des let­t­res de l'apôt­re est tantôt strict tantôt doux (voir p.ex. 1. Cor. 13). Les let­t­res con­tien­nent aus­si l'en­seig­ne­ment doct­ri­nal de la pa­ro­le de Dieu.

La bon­ne nou­vel­le de l'Évan­gi­le

Dans ses let­t­res aux Co­rint­hiens, l'apôt­re Paul sou­lig­ne l'es­sen­tiel de son mes­sa­ge: «Pour moi, frères, lors­que je suis al­lé chez vous, ce n'est pas avec une supé­ri­o­rité de lan­ga­ge ou de sa­ges­se que je suis al­lé vous an­non­cer le témoig­na­ge de Dieu. Car je n'ai pas jugé bon de sa­voir aut­re chose par­mi vous, si­non Jésus-Christ, et Jésus-Christ cru­ci­fié. - - afin que vot­re foi ne soit pas (fond­ée) sur la sa­ges­se des hom­mes mais sur la puis­san­ce de Dieu» (1. Cor. 2 : 1–5).

Dans le 15ème cha­pit­re de sa let­t­re, Paul rap­pel­le aux Co­rint­hiens l'évan­gi­le qu'il leur avait an­noncé: «Vous l'avez reçu et vous le re­te­nez, et par lui vous se­rez sauvés.»

Paul par­le du Christ qui mou­rut à cau­se de nos péchés, fut en­se­ve­li, puis réveil­lé au troi­siè­me jour par Dieu – tout com­me il avait été prévu dans la Bib­le. La résur­rec­ti­on du Christ ne fut pas prouv­ée par un tom­be­au vide mais par l'ap­pa­ri­ti­on du Jésus vi­vant à Pier­re et aux aut­res dis­cip­les, même à un grou­pe de cinq cents hom­mes. Paul avait même une expé­rien­ce per­son­nel­le de l'ap­pa­ri­ti­on du Christ res­sus­cité.

Il semb­le que, à Co­rint­he, il y avait de l'in­cer­ti­tu­de au su­jet de la résur­rec­ti­on. En ef­fet, Paul leur posa la qu­es­ti­on de sa­voir pour­quoi qu­el­qu­es-uns d'ent­re eux di­sai­ent qu'il n'y avait pas de résur­rec­ti­on des morts. Peut-être ces dou­tes étai­ent-ils nés sous l'inf­lu­en­ce des juifs sad­duc­éens qui ne cro­yai­ent pas à la résur­rec­ti­on. Ou peut-être qu'ils étai­ent un fruit du rai­son­ne­ment hu­main.

L'espé­ran­ce res­te

Jésus le Fils de Dieu a vain­cu la mort. Il avait aus­si la puis­san­ce de ra­me­ner des morts à la vie. Ce fut le cas de La­za­re (Jean 11 : 1–44) et le fils d'une veu­ve à Naïn ent­re aut­res (Luc. 7 : 11–17).

Pour nous les hom­mes la mort est une chose réel­le dont per­son­ne ne peut s'échap­per. Not­re rai­son hu­mai­ne nous di­rait que, lors­qu'on des­cend un cer­cu­eil dans la tom­be, le corps n'en re­mon­te­ra plus. Pour­tant, dans la pers­pec­ti­ve de la foi, la si­tu­a­ti­on n'est pas aus­si désespé­ran­te.

Par la foi, nous avons non seu­le­ment une di­men­si­on tem­po­rel­le mais aus­si une di­men­si­on spi­ri­tu­el­le dans not­re vie. À cau­se du péché, l'hom­me peut être spi­ri­tu­el­le­ment mort, bien que tem­po­rel­le­ment vi­vant. Jésus par­lait de ce gen­re de gens lors­qu'il dit: «En vérité, en vérité, je vous le dis, l'heu­re vient — et c'est main­te­nant — où les morts en­tend­ront la voix du Fils de Dieu; et ceux qui l'au­ront en­ten­due viv­ront” (Jean 5 : 25). Cet­te prédi­ca­ti­on, puis­san­te à res­sus­ci­ter les morts, fut en­ten­due un jour à Co­rint­he - et la même prédi­ca­ti­on réson­ne au­jourd'hui par­mi nous, dans le ro­yau­me de Dieu.

La résur­rec­ti­on du Christ témoig­ne de la puis­san­ce de Dieu. Sans el­le, nous n'au­ri­ons pas de con­tact avec Dieu. Le Jésus res­sus­cité ap­parût à ses dis­cip­les, répan­dit sur eux le Saint Esp­rit et leur don­na le pou­voir de par­don­ner les péchés.

L'en­seig­ne­ment de Paul se résume dans les der­niers ver­sets de not­re tex­te: «Car, puis­que la mort est ve­nue par un hom­me, c'est aus­si par un hom­me qu'est ve­nue la résur­rec­ti­on des morts.Et com­me tous meu­rent en Adam, de même aus­si tous re­viv­ront en Christ».

La résur­rec­ti­on n'est pas qu­el­que chose que cha­cun puis­se choi­sir de voir ou non. «Car l'heu­re vient où tous ceux qui sont dans les tom­be­aux en­tend­ront sa voix. Ceux qui au­ront fait le bien en sor­ti­ront pour la résur­rec­ti­on et la vie, ceux qui au­ront pra­ti­qué le mal pour la résur­rec­ti­on et le ju­ge­ment » (Jean 5 : 28–29) Par la foi et par la grâce de Dieu nous avons part à la résur­rec­ti­on et la vie.

Tex­te: Mik­ko Ul­jas

Sour­ce : Sii­o­nin Lä­he­tys­leh­ti 3/2013

Tra­duc­ti­on: PS

Jul­kais­tu rans­kan­kie­li­ses­sä kie­li­liit­tees­sä 4/2014.

19.7.2024

Herra on kuningas! Riemuitkoon maa, iloitkoot meren saaret ja rannat! Pilvi ja pimeys ympäröi häntä, hänen istuintaan kannattavat vanhurskaus ja oikeus. Ps. 97:1–2

Viikon kysymys